Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > Méthodologie de la recherche en sciences de l’éducation et de la (...) > Une histoire critique de la psychosociologie clinique française

Une histoire critique de la psychosociologie clinique française

lundi 17 février 2014, par René Barbier

image 247 x 167

En février le Centre international de recherche, formation et intervention psychosociologiques (CIRFIP) a célébré son 20e anniversaire. Ce fut l’occasion d’une table ronde pour faire le point sur l’histoire de la psychosociologie - surtout clinique - française. Evidemment, ces exposés ont reflété l’orientation et les partis-pris du centre en question. Organisée dans un autre lieu, la rencontre aurait certainement pris une autre inclination. C’est normal et il n’y a rien là d’offusquant. Il s’agit d’implication, un concept clé de la psychosociologie clinique.

Comme je ne suis guère inféodé à un quelconque courant en sciences humaines, j’ai écouté avec bienveillance, mais aussi avec un esprit critique attentif, les exposés qui ont été prononcés par plusieurs intervenants dont certains sont des amis de longue date.

Je donne ici mon point de vue, en soulignant l’importance à mes yeux de la psychosociologie clinique française dans notre société post-moderne, sans oublier les lacunes qui me paraissent transparaître à l’heure actuelle.

Suivi des exposés oraux :

cliquez sur http://www.grappe.asso.fr/histoirepsychosocio1intro.mp2

En réécoutant cet exposé improvisé, je m’aperçois que j’ai laissé passer un lapsus linguae : au lieu de parler du sociologue Michel Bonetti, j’ai dit Michel Bonelli.

Écoutez en mp2 par VLC

cliquez sur http://www.grappe.asso.fr/histoirepsychosocio2intro19min.mp2

- http://www.grappe.asso.fr/histoirepsychosiocio3.21min.mp2

voir : la critique des philosophes : Dany-Robert Dufour et Zygmunt Bauman :

http://www.grappe.asso.fr/dufour1.3gp
et http://www.grappe.asso.fr/dufour-bauman.3gp

voir : L’ouverture de Michel Maffesoli et de Frédéric Lenoir

http://www.grappe.asso.fr/maffesoli-lenoir.3gp

- le point aveugle concernant la question de la conscience non locale et le non-attachement dans une perspective de non-dualité (méditation de la pleine conscience)

voir : méditation http://www.grappe.asso.fr/meditation.3gp

DÉTAILS

1- une histoire qui commence après la seconde guerre mondiale

- l’enracinement américain : K.Lewin et T.Group Tavistock Institut anglais, psychosociologie rogerienne

- les visites académiques aux USA dans les années 50 (C.Faucheux, R.Pagès, M.Pagès, J.Ardoino etc à Béthel)

- les premiers organismes de psychosociologies

- l’histoire de l’ARIP (rupture en 1993) et du CIRFIP (2006)

Quatre revues "légitimes" (par l’AERES et les institutions américaines avec résumés en anglais) : Connexions, Revue Internationale de psychosociologie (et des comportements organisationnels), nouvelle revue de psychosociologie, pratiques de formation/Analyses

Les lieux universitaires : Paris 10 Nanterre, Paris 9 Dauphine, Paris 7, ESCP-Europe, Paris 8

Des organismes : CEGOS, ARIP, CIRFIP, ANDSHA, CEFFRAP, CEPREG, Groupe français de sociométrie, Groupes de formation sur la non directivité intervenante de Michel Lobrot

Des noms en France : C. Faucheux, R.Pagès, G.Palmade, Jean Stoezel, Didier Anzieu, André Lévy, Jean Maisonneuve, Anne Ancelin Schützenberger, Roger Mucchielli, A. de Peretti, M.Pagès, J.Ardoino, J.Barus-Michel, JC Filloux, JC Rouchy, E.Enriquez, Gilles .Amado, Vincent Hanssens, F.Giust-Desprairies, Vincent de Gaulejac, Nicole Aubert, G.Lapassade, R.Lourau, Michel Lobrot, le couple Van Boskstaele ; Gérard Mendel

cliquez sur http://www.grappe.asso.fr/histoirepsychosocio1intro.mp2

2. les deux voies majeures de la psychosociologie française

- le point de rupture : Rogers touche physiquement Guy Palmade dans la rencontre en 1966 : psychanalyse et marxisme/existentiel-émotionnel et corporel

- la scission de l’ARIP et le départ de Max Pagès l’institution du laboratoire de changement social (Dauphine et Paris 7)

Vidéo : Voir le rapide exposé de Max Pagès en 2010 à ce sujet

- les psychosociologues centrés sur le corps et l’existentiel (Lobrot, voir la vidéo) et aussi en pédagogie http://www.rts.ch/archives/tv/information/un-jour-une-heure/3466390-michel-lobrot.html

Georges Lapassade à Paris 8 (vidéo)

- Autre vidéo tournée à l’université de Poitiers lors d’un colloque sur les cafés philosophiques, sur l’itinéraire intellectuel de Michel Lobrot

3. L’analyse institutionnelle vincennoise comme analyseur de la psychosociologie française : le politique et l’émotion

- Lapassade et Remi Hess et le retour de Dionysos (les chevaux du diable)

Autres films sur Georges Lapassade

- Lourau, Antoine Savoye et Laurence Gavarini et le champ politique

- la recherche-action institutionnelle et existentielle à Paris 8 et au CIRPP

Mon livre de 1977 (la recherche-action dans l’institution éducative chez Gauthier-Villars, 228 p.) présentait une partie non négigeable des expériences groupales liées au mouvement californien du potentiel humain. Je précisais alors :
« Enseignants, travailleurs sociaux et militants politiques ou syndicaux cherchent aujourd’hui des instrument sociologiques qui facilitent l’analyse collective des facteurs inconscients de leurs praxis, sur les lieux mêmes de l’action. Ce livre tente de leur fournir des outils d’analyse, dans une perspective d’articulation critique et de synthèse originale de plusieurs courants contemporains en sociologie et en psychologie sociale clinique. Il instaure la recherche- action institutionnelle.

Issue de l’action-research inventée aux U.S.A., il y a plus de trente ans, par Kurt Lewin, la recherche-action institutionnelle en constitue le dépassement par son engagement dans le sens politique d’un changement social et existentiel en profondeur. La partie d’analyse concrète permet de montrer l’utilité d’une sociologie institutionnelle pour dévoiler l’imaginaire social, à la fois reproducteur et créateur, inscrit dans toute institution.

En référence aux Instituts Universitaires de Technologie (I.U.T.), elle prend pour champ d’investigation trois institutions pédagogiques, à première vue les plus novatrices : les Juniors-Entreprises, la Pédagogie Institutionnelle, et le Mouvement du Potentiel Humain. »

René Barbier,vidéo sur "la recherche-action existentielle"

Mon livre de 1997 sur l’approche transversale, l’écoute sensible en sciences humaines (Anthropos), ouvrait le champ des possibles à partir de trois imaginaires en interaction : pulsionnel, social et sacral (spirituel) et de trois écoutes : scientifique-clinique, philosophique et existentielle, mythopoétique et spirituelle.

Ce dernier point accordait une vaste reconnaissance à la conscience d’une autre dimension (ou niveau) de la réalité humaine bien assumée depuis toujours par la pensée expérientielle en Asie. Ce nouveau regard m’a conduit à ouvrir la voie de la recherche-action a la fois existentielle et transpersonnelle, liée à la novation éducative, que j’ai cherché à mettre en oeuvre depuis 2008 avec toute une équipe de chercheurs, dans le cadre d’un centre de recherche le CIRPP.

cliquez sur http://www.grappe.asso.fr/histoirepsychosocio2intro19min.mp2

- http://www.grappe.asso.fr/histoirepsychosiocio3.21min.mp2

Vidéo sur la recherche-action existentielle de René Barbier

4. le grand point aveugle : l’autocentration en l’Occident sur le Sujet en voie d’émancipation (influence de Castoriadis)

- René Barbier : Qu’est-ce que l’imaginaire social

- Florence Giust-Desprairies : sur Castoriadis, dans "le journal des chercheurs". Texte vu plus de 33900 fois. L’un des plus lus sur notre site !

- Vincent de Gaulejac et la sociologie clinique(vidéo)

- René Barbier : Castoriadis : histoire de vie et montée de l’insignifiance

- René Barbier : la personne et l’imaginaire social créateur (ISC). Réflexion à partir de Cornelius Castoriadis

- Important : Castoriadis conférence sur les rapports entre la science, la technique et l’institution imaginaire du capitalisme dans une perspective du projet d’autonomie de la société (en audio)

Capitalisme et imaginaire social du savoir et de la science par Castoriadis
(parfois difficulté technique d’enregistrement sur place)

Résumé :

Le capitalisme ne réussit que par l’adhésion des gens au système par leur rapport à l’autorité scientifique et par l’instauration de besoins institués.
Ce qui n’empêche pas de penser que le théorème de Pythagore demeure vrai quelle que soit la société.

Les besoins créés par le capitalisme sont en fin de compte satisfaits par le régime politique capitaliste.

Où en est la crise du mode de vie capitaliste chez les gens dans leur profondeur ?
Qu’est-ce qui pourrait aider les gens à se dégager de ce mode par un esprit critique adéquat ? C’est sur ce dernier point que joue le mouvement écologique (contrairement à Descartes "être maître et possesseur de la nature", expression folle pour Castoriadis).

Comment vivre ? la question engage tout le problème politique et tout le problème social, notamment des retombées positives de la science et de la technique (exemple l’électricité) mais nous conduit à profiler des retombées en termes d’énergie renouvelable : "projets alter". Le réformisme a un sens s’il est lucide et explicite.

Est-ce que les humains ont la volonté de s’auto-gouverner ? Ce qui implique une autre culture, un autre ode de vie, d’autres besoins. Donc d’une création culturelle extraordinaire dont nous avons peut-être des signes avant-coureurs. Mais personne ne peut décider du mode de vie pour les autres. C’est la question de l’auto-limitation de la société et du désir de ses membres par le droit démocratique.

Louvain-la-neuve le 27 février 1980, dimanche 15 juillet 2007

http://collectiflieuxcommuns.fr/spip/spip.php?article31

Ce débat complètement retranscrit a donné lieu au livre : « De l’écologie à l’autonomie », Seuil, 1980.

Le débat se découpe en trois parties, qui font l’objet de trois séquences audio :

1. Intervention de Cornelius Castoriadis

2. Intervention de Daniel Cohn-Bendit

3. Débat et séance de questions-réponses

- René Barbier : retentissement avec Jean-Claude Guillbaud (contre la désespérance d’aujourd’hui)

- L’oubli de l’Asie, comme chez les philosophes ("oubli de l’Inde de R.-P.Droit dans leur cursus de formation) malgré l’ouverture relative à l’internationale comme le disait Vincent Henssens à la journée de février 2013.

- René Barbier : le mécanisme psychique en éducation : articulation de deux approches, Castoriadis et Krishnamurti

Voir : René Barbier :La pensée chinoise en Occident : métissage des cultures et ouverture de la conscience.

- René Barbier (vidéo) : temps et non-dualité

- la méconnaissance des nouvelles formes de religiosités et de socialités (M.Maffesoli) à partir du mouvement californien des années soixante-soixante-dix

voir : la critique des philosophes : Dany-Robert Dufour et Zygmunt Bauman :

http://www.grappe.asso.fr/dufour1.3gp
et http://www.grappe.asso.fr/dufour-bauman.3gp

voir : L’ouverture de Michel Maffesoli et de Frédéric Lenoir

http://www.grappe.asso.fr/maffesoli-lenoir.3gp

- la méconnaissance relative de l’ouverture civilisationnelle des nouvelles technologies (B.Stiegler) et des neurosciences contemporaines
voir : René Barbier : les ouvertures scientifiques contemporaines et la pensée d’Asie

5. Psychosociologie clinique et sagesse contemporaine

Comme tout être humain, le sage antique est nécessairement un être inachevé, un noétène. Mais c’est un être qui a pris à bras le corps sa néoténie, son inachèvement, et en a fait un élan spirituel.

Loin de penser en termes d’un espace-temps de perfection antérieure à l’homme inachevé et qu’il faudrait retrouver, il s’insère dans le cours du monde pour accomplir en lui l’élan du monde comme élan vital vers un point d’être innommable et inconnu.

Il est tendu au dessus de l’abîme pour voir en quoi il est lui-même un abîme.

Ce Grand Vide qu’il découvre en son sein n’est pas un néant mais une ouverture, celle de tous les possibles, de la disponibilité absolue à l’égard de ce qui advient sans cesse pour le meilleur et pour le pire.

Loin de l’idée de maîtrise, de compétence, de performance, le sage chemine vers son accomplissement, inscrit dès le départ, dans le jeu toujours neuf de sa complexité neurobiologique, celle de l’Homme-monde sapiens-sapiens. (RB)

René Barbier (audio) : considérations sur la sagesse

Sur une autre façon d’être grand-père en tant qu’éducateur psychosociologue

De la sagesse et du vieillissement : fermeture et ouverture (audio MP3)

La spiritualité est le propre de l’humain, antérieurement à toute croyance. Sur une spiritualité du IIIe millénaire, le texte du Québecois Richard Bergeron

- le point aveugle concernant la question de la conscience non locale et le non-attachement dans une perspective de non-dualité (méditation de la pleine conscience)

voir : méditation http://www.grappe.asso.fr/meditation.3gp

René Barbier : la question du sacré aujourd’hui dans une perspective laïque (en ppt)

François Fourcade et Christian Verrier La méditation, vers une sagesse de la montagne et de la marche (lors du séminaire de la Biennale de l’éducation et de la formation en 2012 )

François Fourcade, conférence à l’UCP le 9 février 2013 sur "la sagesse de la montagne" (1 heure)

Le diaporama illustrant l’exposé de F.Fourcade

Autres exemples : l’exemple d’une autre éducation de l’enfant au Tibet ; la réflexion sur un autre type de management émancipant et son impact sur le vivre-ensemble, publié dans la revue "Pratiques de formation/Analyses en 2012 ; l’écoute sensible dans la formation des personnels de santé ; de la sagesse ; transversalité de la compassion )

La question d’une philosophie de la finitude par Bernard Delobelle, notre étudiant assassiné sur son terrain écologique

Sur la méditation : connaissez-vous Krishnamurti ?

Fondamental : Histoire de vie de Krishnamurti (film d’E.Blau)

Ecouter/Voir en français de Krishnamurti : "La flamme de l’attention" de Krishnamurti

et "se libérer du connu"

et le Symposium à l’université Paris 8 sur la vision du monde de Krishnamurti (1995) complet en pdf

le danger de "l’ego spirituel" par Eckhart Tolle

Fondamental : Le sens profond de la quiétude dans la sagesse par Eckhart Tolle

Raymond Boudon : Émile Durkheim et la réligion, une émission de Canal Académie

De la sagesse dans le monde d’aujourd’hui (René Barbier)

Roger-Pol Droit, Les Héros de la sagesse, Flammarion, Champs essais, 2012 (2009), 186 pages


/René Barbier : Une bibliographie générale sélective jusqu’en 2000

René Barbier, bibliographie sur la culture chinoise

René Barbier, choix de textes en ligne sur les sagesses d’ici et d’ailleurs

Ouvrage essentiel tout juste réédité : Jacqueline Barus-Michel, Eugène Enriquez, André Lévy, Vocabulaire de psychosociologie, Positions et références, Paris, ERES, 2002, 640 pages

CDrom vidéo : Un demi siècle de psychosociologie. Héritages et perspectives 20009-2012, CIRFIP,

Marie-Hélène Bacqué, Carole Biewener, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013, 175 pages

Anne-Sophie Novel, Stéphane Riot, Vive la co-révolution. Pour une société collaborative, Paris, Manifestô, Alternatives, 2012, 237 pages

Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, coll.Tel, 2011 (1999), 971 pages, notamment "à l’épreuve de la critique artiste" pages 555 à 640. Cet ouvrage publié en 1999, désormais lecture obligée pour tous ceux qui s’intéressent à l’évolution du capitalisme contemporain, reste malheureusement dans les limites de sa discipline sociologique. On est étonné qu’il ne comporte aucune référence à la psychosociologie clinique française, quels que soient ses courants, ni même à la sociologie clinique de l’équipe de Paris 7. Apparemment, les chapelles sont toujours bien gardées.On trouvera de la page 18 à 28 une brève approche de ce que je nomme "le capitalisme de catastrophe". Par ailleurs dans la nouvelle édition, les auteurs ont ajouté une postface (pages 923 à 945) qui répond aux critiques formulées à leur encontre dès la première édition.

On réfléchira beaucoup, en particulier, sur l’évolution d’écrite par les auteurs, de la direction des entreprises par les "cadres" et les "managers" entre les années 1960 et les années 1990. cf. René Barbier, un survol synthétique (10 minutes)

Hervé Kempf, Fin de l’Occident, naissance du monde, Paris, Seuil, 2013, 155 pages (cet ouvrage nous offre des pistes fondamentales de réflexion sur les dimensions nécessairement écologiques de notre temps)

INDISPENSABLE À ÉCOUTER, la remarquable conférence de Dominique Méda, professeur à Dauphine : Dominique Méda, Repenser le progrès à la lumière de la crise écologique, conférence en vidéo, Collège d’Etudes Mondiales,

Conférence inaugurale de Dominique MEDA, titulaire de la Chaire Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales du Collège d’études mondiales.

Redéfinir le progrès à la lumière de la crise écologique

Même si elles n’aiment pas dépendre des hypothèses ou des résultats de recherche des sciences de la Nature, les sciences humaines et sociales sont aujourd’hui mises au défi de penser les transformations radicales que nous révèlent celles-ci : d’abord pour comprendre comment l’homme a pu se muer en véritable agent géologique capable de détruire le caractère habitable de la planète, ensuite pour savoir dans quelle mesure nous pouvons faire confiance aux disciplines traditionnelles pour dessiner les contours du monde que nous voulons, enfin pour éclairer les voies de résolution de ce qui est bien plus qu’une crise. La conférence revient sur les raisons qui ont fait de la production le principal lieu d’expression de nos sociétés et du Produit Intérieur Brut leur principal critère de performance avant de s’interroger sur les enjeux du développement d’autres manières de représenter "ce qui compte".

LIRE CETTE CONFÉRENCE SUR NOTRE SITE (en format pdf)

Oivier Pastré, l’avenir des banques en question, une émission de Canal Académie, sur la crise bancaire et la gouvernance financière mondiale en fonction des grandes banques mondiales "qui ont fait des bêtises" comme dit d’une façon euphémiste, cet économiste bien connu et par ailleurs banquier lui-même qui pense qu’il faut tout reréguler devant cette crise "extrêmement grave"

Olivier Pastré ; On nous ment ! Vérités et Légendes sur la crise d’Olivier Pastré et Jean-Marc Sylvestre

Les deux auteurs sont les invités de Jean-Louis Chambon
Olivier Pastré et Jean-Marc Sylvestre, le « duo magique » d’auteurs, lauréat du 21ème Prix Turgot du Meilleur livre d’économie financière récidive. Après Le roman vrai de la crise financière paru en 2008 aux éditions Perrin, voici, toujours sur le même credo, On nous ment ! paru aux éditions Fayard. Les deux auteurs confient à Jean-Louis Chambon tous les mensonges dont nous sommes abreuvés... Écoutez l’entretien avec cet économiste, professeur à l’université Paris 8 et colbertiste

Sur l’actualité du capitalisme mondialisé : l’excellente revue Alternatives économiques, hors série, L’état de l’économie 2013. Politiques publiques, Europe. Société. Mondialisation. Environnement, n°96, 2e trimestre 2013, 98 pages

http://www.alternatives-economiques.fr

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?