Le Journal des Chercheurs

Accueil > Le JOURNAL des Chercheurs > Politique > Marine Le Pen : La vague bleu marine et son odeur annoncée

Marine Le Pen : La vague bleu marine et son odeur annoncée

lundi 23 avril 2012, par René Barbier

Marine Le Pen obtient un peu plus de 18% des votes au premier tour des élections présidentielles 2012. C’est incontestablement une victoire pour le parti d’extrême-droite qui réjouit papa Le Pen et ses idées nostalgiques des fascismes de l’avant-guerre, de ses "points de détail" monstrueux et de sa passion pour l’écrivain collaborationniste Robert Brasillach.

Certes Marine Le Pen soucieuse de son image dans les médias s’abstient de toute allusion aux thuriféraires du nazisme ou des fascismes de l’entre deux-guerres. Elle paraît même avoir des velléités d’exclure des militants du FN qui parleraient trop fort du côté de ces eaux nauséabondes. Elle veut soi-disant dédiaboliser son parti sans reconnaître qu’il porte en son sein les éléments vitaminés des plus hautes diableries de l’Histoire. Ses discours flamboyants et redondants et son allure de femme du peuple éclairée alors qu’elle est une parfaite bourgeoise "héritière" peuvent faire illusion.

Mais il ne faut pas se leurrer.

Le coeur même du FN, constitué d’une petit groupe extrêmement actif, reste proche des plus durs fanatiques des années sombres de l’entre deux guerres. En leur sein les nostalgiques du catholicisme intégriste à la Monseigneur Lefebvre s’activent et risquent fort d’aller jusqu’à la limite de la légalité (comme l’attentat des intégristes contre le film "La dernière tentation du Christ").

Autour de ce petit cercle, un groupe plus vaste est constitué par des électeurs militants qui soutiennent nettement les idées d’extrême-droite liées à la fascination pour un bouc émissaire, ici le Musulman, à l’obsession du nationalisme forcené, à la méconnaissance de la complexité de la mondialisation économique, à l’ignorance des méfaits meurtriers de l’Histoire.

Enfin autour un autre groupe encore plus vaste d’électeurs déclassés [1] qui ne sont pas des militants mais des citoyens animés par la peur de l’avenir, de l’étranger, de perdre des avantages les plus minimes cependant pour les plus pauvres et la croyance quasi magico-religieuse que l’Ordre et la Force policière et militaire peuvent sauver la France, Jeanne d’Arc ressuscitée de l’oubli et le drapeau français défraîchi. [2]

Nicolas Sarkozy, entre les deux tours, va devoir séduire ce troisième groupe sur les thèmes de l’immigration et de la sécurité, de l’Europe protectrice et contrôlée ; de la Patrie en danger sur le plan économique. Pour cela il va orienter sa campagne électorale du côté d’un durcissement de l’esprit sécuritaire : gare aux étrangers, aux étudiants venus d’ailleurs, qui vont tomber pour délit de faciès, aux SDF, aux chômeurs, aux familles désargentées et assistées et à tous ceux qui militent contre une Marine Le Pen désireuse de rétablir à la fois la peine de mort et la suppression de l’IVG.

Il va également tenter d’attirer en son sein les électeurs du MODEM et de François Bayrou, au moins ceux (1/3) dont le christianisme n’est pas celui du "Christ philosophe" (Frédéric Lenoir) ouvert à l’amour et à la fraternité mais celui issu du pape Pie XII qui préférait condamner et excommunier, durant la Seconde Guerre mondiale, les hommes de gauche plutôt que l’auteur de la publication de "Mein Kampf" et de ses partisans.

"La bataille de France a commencé. Rien ne sera plus jamais comme avant" hurle Marine le Pen devant ses militants. Rien n’est moins vrai. Le parfum à venir du FN ne sera pas une odeur de sainteté et révolutionnaire mais beaucoup plus celle des charniers des holocaustes issus des régimes politiques de tous les totalitarismes.


[1En moyenne, la crise n’a pas eu d’effet global sur les inégalités en Europe entre 2007 et 2010. Mais, si certains pays ont vu leurs inégalités diminuer, d’autres ont contraire les ont vues se creuser, en particulier la France.

[2Cette catégorie de Français est certainement celle des plus démunis actuellement. L’INSEE dernièrement nous a fourni des données tout à fait éclairantes sur le "portrait social" de cette France, de sa déroute à laquelle a conduit, en fin de compte, la politique économique, sociale et culturelle de Nicolas Sarkozy. Voir le document en pdf pour réfléchir aux raisons tragiques du vote LE Pen par les plus handicaoés sociaux de notre société

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?